Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy
 Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy

Peintures de Corine Schubenel "C yu' et texte de Jezabel Massy

Lola "Après s'être promenée longuement, faisant des kilomètres sur le bord de la plage, s'arrêtant pour se baigner dans les baies aux eaux turquoises, Lola choisissait un coin de plage. Elle se fabriquait une tente à l'aide de morceaux de boisramassés sur la rive et de son p&réo. Elle mangeait ensuite, parfois elle faisait cuire le poisson sur un feu, parfois elle le mangeait cru. Puis, elle se couchait à même le sable brûlant à l'ombre de sa tente pour y faire une sieste. Elle faisait corps avec la nature, ses sens étaient plus éveillés, plus aiguisés. Tel un serpent, lovée sur le sable, elle captait avec sa peau toutes les sensations que le sable chaud, le soleil pouvaient lui envoyer. Lola redevenue sauvage aurait été parfaitement heureuse, si elle n'avait pas été torturée par le désir obsédant de Mathieu. Elle se mit à le guetter(...)L'appel de Mathieu était l'appel de la nature, il était l'instrument dont elle se servait pour faire parveni son cri à Lola et l'inviter à se fondre plus profondément avec elle. Lola subissait une attraction fatale à laquelle, elle ne pouvait résister sans risquer de rompre l'harmonie naturelle qui existait dans l'univers. En y succombant, elle obéissait à une loi cosmique parfaite, dont la beauté tirait son origine de la rigueur implacable d'un principe universel...Le parfum de ce coin de terre sauvage dont Mathieu et Lola s'étaient nourris toute leur enfance émanait par tous les pores de leur peau. Ils n'étaient plus tout à fait hommes, ils étaient l'océan et les dunes, le ciel et la terre, les animaux et les plantes qui la peuplent " @ JMk Pénélope "La jeune aliénée présentait des pulsions vitales encore très fortes" @JMk Laurence "Ce soir, elle avait sorti le grand jeu"... "
Retour à l'accueil